GenGoulf, son histoire

La légende

Gengoulf est né à Varennes-sur-Amance, près de Langres en 702, d'une famille de riches propriétaires terriens. Ses parents se chargèrent de son éducation. Dès sa jeunesse il eut la réputation d'un homme pieux, éloigné des tentations, d'une grande honnêteté, distribuant largement des aumônes aux pauvres, mais ses parents voulurent en faire un militaire et, qui plus est, le marier.

En tant que l'un des principaux barons de Bourgogne, il participa activement aux guerres menées par Pépin le Bref entre 715 et 768 et sa bravoure lui fit octroyer de hautes dignités militaires. à la mort de ses parents, il hérita de grands biens qu'il géra avec sagesse Gengoulf se maria vers l'âge de 20 ans à Ganéa une jeune fille de haute lignée, mais celle-ci était fort volage : « elle lui convenait peu par les qualités de l'esprit et du coeur; il était pieux, et elle était libertine; il aimait la prière, et elle n'aimait que le jeu et les plaisirs mondains; il fuyait le luxe et la vanité, et elle voulait toujours être vêtue superbement pour attirer sur elle les yeux des hommes lascifs; enfin, il était chaste, et elle était impudique... »

Malgré la patience et les affectueuses objurgations de son mari, celle-ci ne voulut rien changer à sa conduite. Gengoulf se retira alors dans un ermitage près d'Avallon où il mena une vie d'austérité, offrant toute sa fortune aux pauvres. Mais l'épouse de l'entendit pas de cette oreille, elle envoya l'amant qui vint le surprendre nuitamment et le tua d'un coup d'épée.

C'est là que la légende prît la relève en stipulant que de là où Saint Gengoulf (saint patron des cocus) périt; jaillir des fontaines aux vertus miraculeuses dans lesquelles l'épouse adultère voulu profiter des bienfaits et, trempant son bras dans la fontaine, l'en ressorti pétrifié ! Depuis ce temps, les femmes ayant commis l'adultère, prétextent que l'eau est trop froide pour s'y baigner...